AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum est de nouveau ouvert ! N'hésitez pas à nous rejoindre !
STIN a un an ! Merci à tous ceux qui l'ont fait et continue à le faire vivre ! On vous aime tous très très fort !

Partagez | .
 

 THE STORY OF THE INFINITE NETWORK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageAuteur
MessageSujet: THE STORY OF THE INFINITE NETWORK Mar 8 Avr - 17:47



Sherlock : The Infinite Network
« Qui est pris qui croyait prendre »

I. Day One.

« L’heure tourne, Mr Holmes. »

La lumière projetée dans le visage de Mycroft l’éblouit fortement. Il cligna des yeux, essayant de se repérer dans la salle. Il resta un très long moment à fixer les chaînes qui le retenait à cette chaise en bois, au milieu des ténèbres.

« Où est Sherlock ?! Et qui êtes-vous ?! »

Un rire résonna aux oreilles de l’homme qui possédait le gouvernement, modifié, rendant la chose très étrange. L’appareil d’où émettait la voix ressemblait à un énorme dictaphone, relié au mur par de nombreux fils électriques.

« Il est en sécurité, dit la voix. Voyez-vous, je savais parfaitement que je n’arriverais pas à vous amadouer sans l’aide de votre frère. J’ai donc organisé son kidnapping, avec beaucoup de maquillage et de déguisements. Mes hommes de main sont très doués pour ça.

-  Je suppose que vous souhaitez exiger quelque chose du gouvernement. Ne vous fatiguez pas, je ne céderai pas. Et, pendant qu’on y est, pourquoi ne venez-vous pas me le demander face à face ? »

De nouveau, ce rire, profond et grave. C’était un homme, il en était certain. Même avec la voix modifiée, personne ne pouvait descendre dans les graves comme l’homme le faisait.

« En réalité, Mr Holmes, je ne veux rien du gouvernement. Je veux le gouvernement. Et j’ai les moyens de vous faire céder, de vous obliger à m’aider. Tout d’abord, je dois vous avouer, qu’à ce moment, deux de mes hommes rôdent aux alentours de Baker Street, armés de mitrailleuses. Si Sherlock Holmes et John Watson sortent un pied dehors, ils ont le feu vert pour tirer. Si j'étais vous, j’agirai rapidement. Oh, et, si vous tentez seulement de les prévenir ou de les mettre hors de ma portée, les plans que j’ai sous les yeux en ce moment permettront le déclenchement d’une guerre civile dans notre très cher pays.

-  Je ne vous crois pas. Personne ne peut déclencher une guerre civile en un claquement de doigts.

- Eh bien… Je me suis procuré des informations normalement confidentielles, de source très sûre. Comment je les ai acquises ? Oh, il se peut bien que j’aie réussi à trahir James Moriarty et à lui subtiliser une partie de ses plans, dont la plupart comportent des informations capitales. Maintenant, vous allez m’écouter très très attentivement. »


II. Day Seven.

Mycroft Holmes restait silencieux. L’envie de retirer toutes les caméras installées par son kidnappeur le consumait intérieurement. Il savait qu’il devait pourtant se retenir, connaissant les risques qu’il encourrait s’il osait seulement désobéir aux ordres. Le grand frère Holmes resta un instant à la porte, réajustant sa cravate et entra. James Moriarty, le tout premier criminel consultant du Royaume-Uni, était nonchalamment installé sur sa chaise, les pieds sur le bureau, tout sourire.

« Bonjour, Mr Holmes. J’étais venu voir votre frère, mais il n’était pas chez lui. Il est sur une enquête apparemment. »

Le brun ne put s’empêcher de lancer un coup d’œil à une des caméras, éveillant immédiatement les soupçons de Moriarty, qui regarda dans la même direction que lui. Heureusement, les kidnappeurs avaient tout prévu, plaçant chaque caméra aux endroits stratégiques, comme sur l’aiguille de l’horloge.

« Il est très occupé, reprit Mycroft. Il a beaucoup d’affaires en ce moment.

- J'ai eu pas mal de problèmes ces derniers temps, pendant que vous étiez occupé à… batifoler avec votre frangin. J'ai besoin de tout ce que vous savez sur le Royaume-Uni et le gouvernement.

- Vous voulez que je vous aide ? Vous pouvez bien le faire par vous-même, non ? »

Moriarty claqua ses deux poings sur le bureau, renversant sa tasse de thé sur les documents confidentiels. Le criminel n’était plus qu’à quelques centimètres de son visage.

« Je vais essayer d’être clair. Mycroft Holmes. Si vous ne me dites pas qui a volé mes plans, votre frère, John Watson, sa femme, le bébé, Mrs Hudson, Lestrade et les autres goûteront aux balles de mes agents.

- Quels plans ?"

Vous le savez, mais puisque, de toute façon, vous avez décidé de ne pas me faciliter la vie... Pour résumer, celui qui est en train de vous menacer en ce moment, m'a pris toutes les informations capitales sur ce pays et le monde, s'est ensuite amusé à faire un feu de joie de ma maison et, pour achever le tableau, il a anéanti une grande partie de mes agents. Je veux sa peau.»

James se releva, et marcha lentement vers l’horloge. Il leva la tête et serra les poings.

« Ceci est un message pour The Black Moon. Je vais vous trouver. Peu importe le temps que ça prendra, peu importe le nombre de personnes qui tomberont sur la route. Je vous trouverai. Et. Je. Vous. Ecorcherai. Vifs ! »

Il sortit son arme et tira sur la caméra qui grésilla un moment avant de s’éteindre.


III. Day Fourteen

Sherlock Holmes était allongé sur le canapé, mains jointes au dessus de sa poitrine, en pleine réflexion. Prêt de lui, John et Mary Watson, occupés à parler de leur enfant, né deux mois plus tôt. L’image de la télévision allumée se brouilla soudain, révélant James Moriarty devant le drapeau anglais. Tous les habitants de Baker Street se relevèrent, concentrés.

« Bonsoir, peuple du Royaume-Uni. Vous allez m’écouter attentivement. J’ai un problème. De taille. Un de mes hommes de main en qui j’avais confiance, Harry Killigan s’est rebellé. Il s’est enfui au loin avec mes plans. Il y a des informations capitales sur le Royaume-Uni à l’intérieur. Si vous ne voulez pas que la fin du monde arrive bientôt, et j’en suis désolé, nous allons devoir le traquer tous ensemble. La cible est un petit gang, pas plus d’une trentaine de personnes, appelée The Black Moon. Personne ne sait d’où ils viennent, mais une chose est certaine. Ils ne s’en tireront pas vivant. Jusqu'à ce que je l'attrape, le pays tout entier subira ma colère. Et surtout vous, Sherlock Holmes. Fin de la transmission. »

© Néah. pour STIN
The Skull Messages : 147
Points : 58
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-infinite-network.forumactif.org
 

THE STORY OF THE INFINITE NETWORK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Maple story
» Love et Story
» Stargate Network
» Maple Story ^^
» Yuki de Anzu Story !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sherlock : The Infinite Network :: Welcome to London ! :: Au commencement-