AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum est de nouveau ouvert ! N'hésitez pas à nous rejoindre !
STIN a un an ! Merci à tous ceux qui l'ont fait et continue à le faire vivre ! On vous aime tous très très fort !

Partagez | .
 

 Harry J. Killigan - Trust-me, I'm your best friend.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageAuteur
MessageSujet: Harry J. Killigan - Trust-me, I'm your best friend. Dim 6 Avr - 9:41



Harry J. Killigan

Prénom(s) : Harry Julian
Nom : Killigan
Date de naissance :  25 Janvier 1981 à Glasgow, Ecosse
Âge : 33 ans
Origines : Écossais  
Métier / Études : Chef de Black Moon
Statut social : Veuf
Orientation sexuelle : Gay
Groupe : I am a Black Moonier
Avatar : John Simm


We are beautiful...
Harry est un homme de taille moyenne, cheveux courts, blond aux yeux bleus-verts. Il n'est pas spécialement laid, mais ne se considère pas non plus comme une oeuvre d'art. Enfin... Ca dépend des jours. Comme tous les membres du gang, il possède un tatouage en forme de croissant de lune sur la cheville gauche. Il a également un serpent bleu azur tatoué le long de son bras droit, datant d'une crise de nerfs durant son adolescence. Il est très souvent habillé en noir, puisqu'il a horreur de tout ce qui est coloré, principalement de la faute de son passé. Une cicatrice ancienne parcourt son torse, là où il s'est brûlé, en sauvant son fils des flammes de l'incendie, ainsi qu'une au bras, souvenir d'une balle perdue du temps où il travaillait pour Moriarty. Il aime acheter des vêtements de marque, ça lui donne un petit côté supérieur. Il possède également un unique costard, utilisé uniquement lors des rencontres avec Moriarty, puisque Harry le déteste. Il est trop épais et le gratte au bras.
... And very clever too !
 De tout ce qu'on a bien pu entendre sur Harry, seules quelques informations sont véridiques. Tous les membres du gang ont déjà connu au moins une fois un de ses sautes d'humeur très violente, où Harry se met à hurler sur tout et tout le monde, tout en explosant tout ce qui peut s'exploser sur le sol. Il n'est pas sympathique pour un sou, sauf avec les personnes de son propre gang, et son fils, qu'il considère comme la chose la plus précieuse qui soit. Il est très protecteur envers eux. Il est insensible aux charmes des femmes, depuis la mort de la sienne, préférant désormais la compagnie des hommes. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il y en a très peu dans le gang. Aucun être humain n'a le droit de toucher à son fils sans en payer les conséquences, en particulier les inconnus.  Harry est très méfiant, et ne donne sa confiance qu'après avoir étudié minutieusement le dossier de la personne, grâce aux codes de Moriarty. En parlant du criminel consultant, Harry n'en a pas peur, très sûr de lui concernant son plan final. Après tout, il est hors d'atteinte, et il n'a pas de quoi s'inquiéter pour le moment.


Me, Myself and I


Pseudo : Myfanwi
Prénom : Oriane
Sexe : F
Âge : 17 ans
Lieu d'habitation : Dans le Nord, chez les ours polaires
Présence : 7/7
Comment as-tu découvert le forum ? : Fondatrice
Une petite suggestion ? : Il a la classe notre bébé Cool
Code du règlement : VALIDE BY MYSELF
Un dernier mot ? : Badaboumbaaaaaaaaa



©️ Néah. pour STIN




Harry J. Killigan


« "Oï ! Moriarty ! Bouge tes fesses et viens me chercher !" »

Tell me your story
I. When you're a child, all seems perfect.

Harry est né une semaine après terme. C'était un gros bébé apparemment, "qui n'arrêtait pas de pleurer pour un rien" et "mangeait plus qu'un éléphant", comme disait tendrement son père. Il n'a jamais vraiment bénéficié de la tendresse de ses parents. Sa mère est morte dans un accident de voiture, soi-disant, alors qu'il avait deux ans. Son père... Et bien, son père était alcoolique et passait son temps à se venger sur lui, à le frapper, si bien qu'Harry dut devenir fort très tôt. Ne jamais pleurer, ne jamais montrer ses faiblesses. C'est ce qu'il s'est appris à lui-même. Il n'a jamais vraiment eu d'amis, que ce soit en maternel, primaire, collège ou lycée, les envoyant tous dans le mur si l'un d'eux osait seulement lui faire une critique. Il était rapidement devenu "Le Salopard", celui dont personne ne s'approchait, l'associal par excellence. De toute manière, il n'a jamais vraiment apprécié l'éducation. Depuis tout petit, il a des notes extraordinaires dans toutes les matières, au point qu'il soit qualifié de génie. Mais lorsque ses professeurs ont demandé à le faire aller dans un établissement spécialisé "pour riches" comme disait son père, ce dernier s'est braqué et a gâché la seule chose qui aurait pu faire changer le jeune homme. De toute manière, à force de le voir revenir couvert de bleus, les professeurs décidèrent de le placer, à l'unisson. A onze ans, il fut envoyé dans une famille d'accueil, qui tenta maladroitement de le sociabiliser. Peine perdue. Après avoir passé son BAC, l'emportant avec mention excellent, si ce n'est plus, il abandonna l'école définitivement pour se livrer à d'autres activités, beaucoup moins catholiques.

II. But sometimes, we change

Lorsque Harry a rencontré Mary Reynald pour la première fois, il avait dix sept ans. Ca a été le coup de foudre, même si sa famille d'accueil s'y opposait. Rapidement, ils sont devenus inséparables. Il a vécut les meilleures années de sa vie à ses côtés, et ça, c'est indéniable. Trois ans plus tard, la jeune femme tomba enceinte, et neuf mois plus tard, un petit garçon, Georges, naquit de leur union. Il le considère toujours comme la prunelle de ses yeux. Cependant, à côté de ça, il était déjà dealer de drogue, en solo. C'est comme ça qu'il s'est fait remarqué par un agent de Moriarty. Apparemment, sa capacité à gérer les hommes, les problèmes et sa furtivité avait provoqué chez le criminel consultant un engouement tout particulier. Comme s'il avait besoin de ça. Et pourtant, il a accepté, parce que la somme d'argent à gagner était bien supérieur à celui de son petit salaire de dealer, et il avait une famille à faire tourner. Il a appris à travailler en groupe, à voler, à falsifier des papiers, à tuer, aussi. Si bien, qu'en quelques années, il était devenu assez populaire auprès des agents. Tellement, qu'un matin, un homme le présenta à Moriarty, comme ça, de but en blanc. Il se souviendra toujours l'avoir vu tourné autour de lui, tel un rapace, ce qui lui avait donné des frissons.

"Alors... Comme ça, c'est vous la nouvelle star du réseau ? Je vous imaginais... Plus grand.
- Et moi plus petit, répondit Harry sur le même ton."


Le criminel consultant se mit à rire. Heureusement d'ailleurs, ça aurait été bête de se faire tuer maintenant. Harry savait parfaitement que cet homme pouvait faire disparaître un homme en un claquement de doigts, sans que personne ne s'en soucie jamais.

"C'est quoi votre nom ? demanda t-il.
- Harry Killigan, m'sieur.
- Ah non ! Ne m'appelez pas monsieur ! Jim suffira. Après tout, vous êtes un de mes bras droit désormais, vous avez le droit de m'appeler par mon prénom."


Harry tiqua. C'était pas prévu ça. Celui qui l'avait conduit ici lui donna une tape amicale sur l'épaule, tout sourire. Nan, mais nan. Il était promu ? C'était possible d'être promu chez les criminels ?! De toute évidence, oui. Son travail s'avéra beaucoup plus facile avec Moriarty à portée de main. Il fut d'ailleurs l'un des privilégié à participer à l'organisation de sa "mort". Même Moran, son chien de garde, n'avait pas eu cette chance. Après le suicide de Sherlock, deux ans plus tard, exactement,  Harry a été contacté par Moriarty, et contraint de le rejoindre à la base, pour la suite du plan, après son retour à la télé. Sauf que c'est là que tout se compliqua. Alors qu'Harry s'apprêtait à se voir féliciter, Moriarty lui annonça de but en blanc que Moran avait été envoyé détruire sa famille. Et qu'il était licensié. Il le remercia pour ses services et sortit son arme, la pointant sur lui. Bien sûr, Harry en fit de même, amusant le criminel consultant. Le bâtard, pensa Harry. Ils se défièrent du regard, pendant un long moment.

"Tire, lâche ! hurla soudain Moriarty, en colère.
- Ce serait trop facile. Des agents m'ont informé. Je me suis préparé. Je vais faire de votre vie un enfer, James Moriarty.
- Oh, vraiment ?"

En effet, lorsque Harry prit conscience que Moriarty n'était pas vraiment un ange, il profitait de ses missions pour faire des photocopies de ses documents, de son disque dur. Il avait très longuement préparer ce moment. Harry s'approcha du bureau du criminel consultant, et brandit un briquet, un grand sourire aux lèvres.

"Tu n'oseras pas, dit l'autre, soudainement inquiet.
- Il paraît que "je suis très versatile"."


Et il lâcha le briquet. Le feu se propagea rapidement sur les dossiers du criminel, puis sur le bureau tout entier. Sans un mot, Harry quitta le bureau, laissant Moriarty hurler après Moran, derrière le bureau en feu, détruisant petit à petit tout son travail des dernières années. Mais il restait encore quelque chose à faire.

III. And sometimes, we fight.

Lorsque Harry arriva chez lui, il était déjà trop tard. Les flammes dévoraient la maison. Mais une forme, à la fenêtre, attira son attention. Un garçon hurlait en agitant les bras, à son attention.

"GEORGES !
- Papa ! Maman elle bouge plus !
- Reste là ! Ne bouge pas, j'arrive !"


Harry escalada le mur pour rejoindre son fils, poussé par l'adrénaline. Lorsqu'il entra dans la chambre, Mary était allongée sur le sol. Le brun chercha très longtemps son pouls, tenta même une réanimation. Mais il fallait en venir au fait. Elle était partie. Et il n'avait même pas pu lui dire aurevoir. Il se tourna vers son fils, les larmes au yeux, tandis qu'une poutre s'effondrait près de lui. Il fut brûlé, mais ne s'en préoccupa pas, il fallait partir.

"Sortons d'ici. Tout de suite. Grimpe sur mon dos."

Il arracha le garçon à sa mère. Il hurla, donna des coups de pied. Harry desescalada le mur et s'enfonça dans la nuit. Moriarty allait souffrir. Ce chien allait payer. Deux jours plus tard, il retrouva Draco, son coéquipier, son meilleur ami. Il accepta de prendre Georges quelques jours, le temps qu'Harry puisse faire ce qu'il avait à faire. Et il commença par la maison de Moriarty. Il fit subir le même sort à sa maison, envoyant un briquet dans un peu d'essence. Puis il retourna à la base, mitraillettes à la main. Il tira sur tout ce qui bougeait, hurlant le nom de celui qui venait de détruire sa vie. Mais il n'était pas là. Ooooh, il serait très surpris en rentrant, le criminel consultant.

Enfin, il dut monter son propre gang, The Black Moon. Un nouveau réseau, son réseau. Une seule mission, tuer Moriarty. Il embaucha tout naturellement Draco en premier, puis accueillit Natasha, Brownie, Tyresse et Lucy. Et leur petit groupe prit le contrôle de Londres en un rien de temps. Une chose était sûre, si tout allait bien, dans peu de temps, ils seraient Maîtres du monde. Avec ou sans le consentement de James Moriarty, qui pourra toujours hurler pour récupérer ses plans.

©️ Néah. pour STIN


Dernière édition par Harry J. Killigan le Lun 2 Mar - 21:15, édité 5 fois
Harry J. Killigan Avatar : John Simm
Crédits : Mwaaaaaa
Messages : 672
Points : 1991
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Harry J. Killigan - Trust-me, I'm your best friend. Dim 20 Avr - 17:49

Et je m'auto valide Very Happy Proud of me   
Harry J. Killigan Avatar : John Simm
Crédits : Mwaaaaaa
Messages : 672
Points : 1991
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Harry J. Killigan - Trust-me, I'm your best friend.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Harry Vederchi [Pouffy]
» Harry Potter Et La Coupe De Feu
» Harry Potter [Gryffondor, 5ème année]
» Le survivant, alias Harry Trouble
» Harry Potter ( l'Elu )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sherlock : The Infinite Network :: Hello Mr. Holmes :: Présentations :: Présentations validées
-